Sumotic, E-réputation, veille internet, community management

21 août 2011

Une visite s'impose .... à PAU


RÉTROSPECTIVE « POUMEYROL »

En 1982, le musée des beaux-arts de Pau faisait l'acquisition de "Tableau", peinture acrylique de Jean-Marie Poumeyrol. Quelque trente ans plus tard, ce même musée souhaite s'interroger sur l'itinéraire de ce peintre et l'évolution de son oeuvre, en proposant jusqu'au 19 septembre, une rétrospective de son travail.

Associée à ses débuts à un érotisme un peu grinçant, la peinture de Poumeyrol a exploré depuis le début des années soixante-dix des mondes et des paysages singuliers, à la marge de la civilisation. L'artiste a excellé dans la description amoureuse des limites et des franges incertaines que n'a pas déserté toute vie. Objets au rebut mais qu'habite encore le souvenir d'un usage, étendues dévastées où subsistent les signes d'une existence ou d'un passage, son œuvre s'est nourrie, année après année, de vestiges insignifiants mais sensibles, auxquels l'artiste sait restituer un souffle ténu.

Si les thématiques de son travail ont évolué, elles sont moins le fruit d'un élargissement que d'un approfondissement de ses recherches. Sa peinture, qui repose en large partie sur un lent processus de réappropriation des lieux et des atmosphères par la mémoire, s'évertue à sonder ces lisières marginales que l'homme a peuplées puis abandonnées.

C'est ce cheminement opiniâtre d'un homme et d'une œuvre que la rétrospective Poumeyrol entend illustrer en réunissant soixante-sept pièces maîtresses exécutées de 1969 à 2010.

Jean-Marie Poumeyrol a débuté sa carrière à la fin des années 60 et s'est d'abord fait connaître par des aquarelles de caractère érotique. Il a ensuite adopté la technique acrylique à partir de 1975 et élargi petit à petit son répertoire, peignant des paysages industriels à l'abandon, des ruines dévastées, des intérieurs gagnés par l'insalubrité, des abris précaires. Peintre de paysage, il est surtout le peintre de ses états d'âme : ses propres paysages intérieurs. Particulièrement sensible au temps qui passe et qui érode tout, c'est dans ses souvenirs que l'artiste puise la matière de son oeuvre picturale.

Jusqu'au 19 septembre
Horaires d'ouverture : tous les jours sauf le mardi de 10h à 12h et de 14h à 18h

Musée des Beaux-Arts
rue Mathieu Lalanne
Tél. : 05 59 27 33 02
mél : musee.beauxarts@ville-pau.fr